dokdo

Centre médias

Dokdo, une île de beauté coréenne

Dokdo, première victime de l'agression japonaise contre la péninsule coréenne

home > Centre médias > Dokdo, première victime de l'agression japonaise contre la péninsule coréenne > Dokdo, première victime de l'agression japonaise contre la péninsule coréenne

print facebook twitter Share on Google+
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Traité contraint d'Eulsa
(Collection Kyujanggak)

Traité contraint d'Eulsa (17 novembre 1905)

〔Traduction〕

Les gouvernements du Japon et de Corée, désireux de consolider le principe de solidarité qui unit les deux empires, se sont entendus sur les stipulations suivantes dans la poursuite de ce dessein, et en ont formalisé les clauses qui resteront en vigueur jusqu'à ce qu'il soit reconnu que la Corée a recouvré sa puissance nationale.

Article 1. Le gouvernement du Japon, par l'intermédiaire du département des Affaires étrangères à Tokyo, aura désormais le contrôle et la direction des relations extérieures et des affaires de la Corée, et les représentants diplomatiques et consulaires du Japon auront charge des sujets et intérêts de la Corée dans les pays étrangers.
Article 2. Le gouvernement du Japon s'engage à pourvoir à l'exécution des traités existant actuellement entre la Corée et les autres puissances, et le gouvernement de Corée s'engage à ne conclure à l'avenir aucun acte ou engagement ayant un caractère international si ce n'est par l'intermédiaire du gouvernement du Japon.
Article 3. Le gouvernement du Japon sera représenté à la cour de Sa Majesté l'empereur de Corée par un résident général qui résidera à Séoul et devra prendre la charge et la direction de tout ce qui a trait aux affaires diplomatiques. Il aura un droit d'audience privée et personnelle de Sa Majesté l'empereur de Corée. Le gouvernement du Japon aura aussi le droit d'établir un résident dans les différents ports ouverts et sur tout autre territoire de la Corée selon qu'il le jugera nécessaire. Ces résidents exerceront sous la direction du résident général désigné les pouvoirs et fonctions appartenant jusqu'à présent aux consuls japonais en Corée, et rempliront les devoirs qui pourront s'imposer pour donner leur plein effet aux dispositions du présent traité.
Article 4. Les stipulations de tous les traités et arrangements existant entre le Japon et la Corée n'étant pas contraires aux dispositions du présent traité, resteront en vigueur.
Article 5. Le gouvernement du Japon entend maintenir la prospérité et la dignité de la maison impériale de Corée.

En foi de quoi, les soussignés, dûment autorisés par leurs gouvernements, ont signé ce traité et apposé leurs sceaux.

Le 17 novembre, la 9ème année de Gwangmu (1905)

Park Je-sun, ministre des Affaires étrangères (sceau)

Le 17 novembre, la 38ème année de Meiji (1905)

Hayashi Gonsuke, envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire (sceau)

〔Texte original〕

Original Text