dokdo

Centre médias

Dokdo, une île de beauté coréenne

Juridiction de Dokdo après la libération du pays

home > Centre médias > Dokdo, première victime de l'agression japonaise contre la péninsule coréenne > Juridiction de Dokdo après la libération du pays

print facebook twitter Pin it Post to Tumblr

Hanseong Ilbo

«Rapport de l'expédition scientifique à Ulleungdo (3) par Hong Jong-in», Hanseong Ilbo (25 septembre 1947)

〔Traduction〕

L'étape finale de cette expédition se concrétise par la publication d’un rapport scientifique mais avant cela, divers événements ont été programmés : une conférence, une exposition, la présentation et l'édition des données recueillies. La conférence a déjà rencontré un très large succès le 10 septembre dans l'auditorium du Musée des Sciences de Séoul. L'exposition est prévue, quant à elle, au début du mois de novembre à Séoul, puis probablement à Daegu, si les conditions y sont également réunies. Elle dévoilera les photographies réalisées par les membres de l’unité de communication qui y ont consacré des sommes importantes et d’énormes efforts mais aussi des documents XXX de chaque unité. Le rapport scientifique, de par son académicité, a vocation à devenir une référence présentant tous les aspects d’Ulleungdo, en XXX, aux critiques venues de tous les horizons.
Pour répondre aux questions sur les conclusions de ce rapport, nous pouvons dire que nous avons conclu à la nécessité d’en tracer les grandes lignes dans une synthèse claire et précise, bien que succinte. Comme énoncé lors de la conférence, tous les participants à cette expédition ont été amenés à dégager les mêmes conclusions :

1. Ulleungdo est l'unique possession territoriale permettant le développement de notre puissance nationale dans la Mer de l'Est.
2. Mais cette île est entrée dans une phase de déclin préoccupante. Si elle est ainsi laissée à l’abandon, sans que des mesures administratives spéciales, ou une politique de protection au niveau national ne soient proposées, elle risque de connaître un effondrement global en moins de dix ans. Des détails sur la situation actuelle et des suggestions d’intervention à l’usage des autorités concernées sont détaillées ci-dessous :
 1. Les infrastructures de transport doivent être améliorées. Un service de transports maritimes réguliers entre l’île et Pohang doté de navires de qualité doit permettre à la population insulaire de ne plus être inquiétée pour ses activités économiques, culturelles et de vie quotidienne par le sentiment d’isolement actuellement perçu. La préfecture ou la police de la province doit disposer d’au moins un navire chargé de la protection et des patrouilles.
 1) En tant qu’unique activité productive de l'île, la pêche doit être activement promue. Pour le moment la pêche principale est celle des calamars pratiquée selon une technique assez primitive dans les zones côtières ; en raison de l’absence totale de système de transformation, on constate dans ce domaine un gaspillage important des prises et des efforts nécessaires pour les obtenir. Face à l'intérêt immédiat d'améliorer le niveau de vie de la population, il convient d’envisager la construction d’installations publiques destinées à la pêche.Dans l’avenir, il faudra également moderniser la flotte et les outils de pêche pour faire de l’île une base pour la pêche en haute mer. Mais il est plus urgent d’encourager les activités liées à la pêche, qui restent très limitées aujourd'hui en raison du tonnage réduit à 700 tonnes des navires utilisés, source d’angoisse et de risque d’accidents. Ces améliorations permettraient d'augmenter considérablement les revenus de la pêche.
 1. L’agriculture qui, pour le moment, exploite un terrain situé dans une pente à plus de 40 degrés, doit être réduite au profit de la protection de la forêt. Le trésor naturel que constituaient les forêts installées sur les flancs de la montagne a été dévasté sous l’effet combiné des vols de bois perpétrés par les Japonais et de l'agriculture sur brûlis pratiquée par les exploitants locaux ; sans mesures de protection dans les décennies à venir, la forêt sera complètement dévastée et l'île détruite. Il convient d’encourager la plantation d’arbres pour pouvoir approvisionner l’île en matériaux de fabrication pour les bateaux et les meubles et même exporter vers la métropole. Il est également souhaitable de promouvoir la sériciculture et le travail de la soie auprès des fermes agricoles ou semi-industrielles. Outre la reforestation, l'élevage bovin en tant que spécialité de l'île doit également être encouragé.
 1. En ce qui concerne la construction du port et de la centrale de production d’énergie, malgré des conditions naturelles défavorables, l’île doit être équipée d’installations portuaires sur les sites que des digues peuvent protéger. Comme l’île jouit d’une alimentation naturelle en eau, il est possible d’augmenter d'environ 500kwh la production d'hydroélectricité, ce qui permettra d’alimenter les unités de transformation des produits maritimes.

〔Texte original〕

Original Text