Preuve de la souveraineté territoriale coréenne

Fermer

dokdo

Position du gouvernement coréen

Dokdo, une île de beauté coréenne

Preuve de la souveraineté territoriale coréenne

home > Position du gouvernement coréen > Preuve de la souveraineté territoriale coréenne

print facebook twitter Share on Google+
  • 512,  Allégeance du pays d’Usan.
  • 1454,  « Sejong Sillok, Jiriji (Appendice géographique de la Chronique du roi Sejong) »
  • 1625,  Autorisation de quitter les côtes japonaises pour Takeshima (Ulleungdo)
  • 1693,  Enlèvement d’An Yong-bok
  • 1694,  Adoption d’un système d’inspection régulière dans l’ île d’Ulleung
  • 1695,  Réponse du fief de Tottori
  • 1696,  Janvier. Décret interdisant la traversée vers Takeshima (Ulleungdo)
  • 1696,  Mai. Arrivée d’An Yong-bok au Japon
  • 1770,  Dong’guk Munheon Bigo (Répertoire analytique de Corée), Yeojigo (Recueil de topographie)
  • 1870,  Chosenkoku kosai Shimatsu Naitansho (Rapport interne sur la conduite des relations avec le Royaume de Joseon)
  • 1877,  Directives du Dajōkan
  • 1900,  Promulgation de l’ordonnance impériale No 41
  • 1905,  Notification N° 40 de la préfecture de Shimane
  • 1906,  Mars. Rapport du sous-préfet Sim Heung-taek  /  Mai. Directive N° 3 du vice-premier ministre du gouvernement coréen
  • 1946,  29 janvier. Mémorandum N° 677 du Commandant suprême des forces alliées (SCAP)  /  22 juin. Mémorandum N° 1033 du Commandant suprême des forces alliées (SCAP)
  • 1951,  Signature du traité de San Francisco

Cette image relève de la propriété du ministère des Affaires étrangères de la République de Corée, toute reproduction ou représentation est interdite